[Compte rendu] Séance 2 : « HABITER LA VILLE JUSTE »

LogoIMU_ED

Mardi 8 mars 2016, 9h30-17h

(ISH, 14 av. Berthelot, Lyon, salle Elise Rivet)
Coordonné par Natacha Coquery (historienne)

Séance préparée par les étudiant-e-s du séminaire (Hind Drissi-Khedira, Anne Granier, Marion Lang, Antoine Lévêque, Nina Michalski, Victor Villain).

Thème de la journée : « Habiter la ville juste »

Présentation des intervenant-e-s :
– Sabine Collardey, Doctorante en philosophie, Triangle, ENS de Lyon
– Fabrice Ripoll, MCF en Géographie, Université Paris-Est, Lab’Urba
Nina Michalski, Masterante en Histoire, Université Lumière Lyon 2
Elise Vinet, MCF en Psychologie Sociale, Université Lumière Lyon 2, Institut de Psychologie, Laboratoire GRePS EA 4163
Emilie Elongbil-Ewane, docteure en Histoire Sociale, Université Lumière Lyon 2

***

Introduction générale par deux des doctorants organisateurs de cette séance : Victor Villain et Antoine Levêque.

  • Sabine Collardey«  Justice et sciences sociales : quelques problèmes épistémologiques »

Afficher l'image d'origine

L’intervention de S. Collardey a posé d’emblée la question de la définition de la ville juste, en la mettant en rapport avec les différentes conceptions de la justice et avec les problèmes de sa mise en œuvre effective. La difficulté d’appréhension du sujet par les sciences humaines tient notamment au caractère normatif de la question, car les chercheurs doivent expliquer ce qui est, alors qu’ils ont à faire à des phénomènes normatifs où les acteurs ont des idées sur ce qui est juste ou non. La situation des sciences sociales est donc plus complexe que celle de la philosophie politique qui ne se questionne pas sur un cadre de scientificité. Pour autant, l’intervenante a appelé à la fin de son discours liminaire à rapprocher sciences sociales et philosophie normative pour approcher différentes conceptions de la justice, toutes défendables, et donner ainsi un aperçu de la pluralité des théories concurrentes de la justice. L’objectif serait alors d’enrichir les débats sur la question de ce qu’est une ville juste et des possibilités mise en œuvre pour construire de nouvelles entités urbaines qui respectent ces principes.

Dans un premier temps, S. Collardey a souhaité aborder une question méthodologique autour du précepte de neutralité axiologique, en s’appuyant sur les travaux de Max Weber. Elle a tout d’abord rappelé que la spécificité du discours scientifique est d’énoncer ce qui est, en distinguant les jugements de fait et les jugements de valeur, pour proposer une description factuelle des événements. Or, cette conception éclate au moment de décrire des comportements. Les actions humaines visent en effet un but et obéissent à des règles. Elles sont donc motivées par des raisons d’agir dont le chercheur doit rendre compte et qu’il doit comprendre, c’est-à-dire qu’il doit rendre intelligible et reconstituer le sens de l’acteur. D’où une nécessaire neutralité axiologique afin de reconstituer la valeur des acteurs qu’il étudie.

La question de la définition de la justice doit ainsi prendre en compte l’interprétation des acteurs interrogés. Par exemple, l’émission de France Culture Les Pieds sur terre (de Sonia Kronlund, diffusée le 18 février 2016) laisse entrevoir les différentes conceptions du juste et de l’injuste des habitants du XVIe arrondissement de la ville de Paris, à l’occasion d’un projet d’hébergement pour sans-abris imaginé dans le quartier. Le point de vue des acteurs n’est alors pas viable et le chercheur doit cibler leurs éventuelles incohérences pour offrir un discours objectif. Or, le travail du chercheur part de perspectives bien précises qu’il a choisies, d’où la nécessaire capacité de rendre compte de l’engagement normatif qui prévaut à la définition de l’objet d’étude. L’explicitation du choix normatif permettrait ainsi de donner une perspective critique au lecteur, de réévaluer la pertinence des options du chercheur pour aboutir à des discussions plurielles et ouvertes, et afin de distinguer les statuts d’énonciation. Les écueils à éviter seraient alors de deux ordres, à savoir privilégier une conception naïve de la neutralité qui interdirait les jugements de valeur, et adopter un engagement normatif assuré mais non réflexif.

Dans un second temps, S. Collardey a brossé un tableau de différentes conceptions de la justice, qui s’appuient toutes sur la philosophie morale. Le premier principe consisterait à nier l’existence d’obligations morales objectives. Selon D. Gauthier (Morals by agreements), la morale n’est qu’un code conventionnel et les préceptes de justice ne sont que des artifices pour éviter les tensions. Rien ne justifie alors que le faible doive être défendu lors d’une agression, position qui aboutit à la négation même de la théorie de la justice. Une seconde conception vise à prendre en compte les différentes intuitions morales et le scepticisme. Plusieurs valeurs sont alors considérées comme ultimes, donc impossibles à trancher lorsqu’elles entrent en concurrence. Aucune ligne directrice ne peut ainsi être trouvée lorsqu’on doit arbitrer ce type de conflits. Enfin, le troisième principe entend unifier les intuitions morales autour de valeurs fondamentales considérées comme centrales, c’est-à-dire qui emportent une égale considération chez chaque individu, et permettent donc une égale dignité chez toute personne (R. Dworkin). Parmi les nombreuses conceptions de la justice, S. Collardey a choisi de détailler  trois d’entre elles qui permettraient de réaliser cette égalité, à savoir l’utilitarisme, le libéralisme (J. Rawls) et le libertarisme (R. Nozick)[1], donc la prise en compte des intuitions morales communes et de tout un argumentaire pour évaluer la cohérence interne de l’articulation de ces intuitions. Selon l’intervenante, le libéralisme de J. Rawls est la conception la plus cohérente.

Remarques/débats : N. Coquery souligne l’importance de préciser les concepts et S. Collardey précise que la philosophie pourrait reconnaître que la contextualisation des concepts est indispensable. O. de Lasa évoque l’inégalité actuelle des citoyens, dores-et-déjà victimes d’un déséquilibre structurel urbain. Il n’est pas sûr que le rattraper en catégorisant les citoyens et en favorisant les moins biens équipés, répondraient à leurs besoins. S. Collardey répond qu’en effet, il serait souhaitable de considérer les intuitions morales des acteurs. L’abstraction, générée par la philosophie morale, confrontée à la démarche empirique des historiens, permet d’ouvrir le débat. La première n’est pas pour autant abstraite, déconnectée de la réalité. L’homme est capable de s’abstraire de la société pour y revenir, mieux armé ensuite, face aux épreuves de l’existence. S. Collardey insiste sur le fait qu’il faut mettre en présence les différents acteurs, en s’efforçant de réduire au maximum les points d’achoppement, l’échange se basant sur l’égalité des hommes entre eux.

  • Fabrice Ripoll : « La justice par la “mobilité”? (Dé)placements, inégalités et dominations »

F. Ripoll a débuté son intervention en rappelant qu’il n’y avait pas de spécificités des mobilités, mais que la géographie sociale était un outil intéressant pour appréhender la question des inégalités, notamment par le biais des mobilités. Il est donc possible de travailler sur les mouvements sociaux en rapport avec les mobilités et les mobilisations collectives, mais cela implique de se questionner sur les théories spatiales, et notamment d’appréhender l’espace comme dimension et non comme catégorie spatiale.

F. Ripoll a souhaité rappeler que deux thèses circulent sur les mobilités. La première fait de la supposée mobilité généralisée de la société le marqueur d’une « révolution anthropologique », donnant naissance à un nouveau paradigme qui remettrait en question les structures mêmes de la société. La seconde thèse ferait de la mobilité le principal facteur d’inégalité car tout le monde n’y a pas le même accès. Cela amènerait à différencier les « classes mobiles » des autres classes qui subissent leur immobilité, fondement des inégalités sociales prenant place autour d’un nouveau capital qui serait celui du temps. V. Kaufmann parle justement de la « motilité » comme un capital à part entière.

Le concept de mobilité doit donc être abordé avec distance. Cette notion est aujourd’hui connotée positivement et est devenue synonyme d’aventure, d’ouverture d’esprit, au contraire de l’immobilisme vu comme un archaïsme. Si le contexte actuel accentue cette conception, notamment avec l’idée de réforme, l’absence de mobilité est-elle forcément un manque ? Le concept est difficile à définir, mais trois éléments peuvent être retenus : le déplacement des corps, la capacité à se mouvoir et le repositionnement de lieux appropriés. Toutefois, certaines confusions demeurent. Ainsi, la capacité à se déplacer et le déplacement en tant que tel doivent être distingués car certains déplacements ne sont pas toujours souhaités, et sont parfois même contraints. De même, la notion de flux d’information, très souvent associée à la mobilité, interroge encore les géographes.

Le second temps de l’intervention s’est porté sur la construction sociale induite par les mobilités, et sur l’enjeu des luttes de classement qui en découle. La mobilité est vue comme une valorisation, là où les immobiles sont souvent stigmatisés. De même, les immigrés ou les gens du voyage, qui sont mobiles, ne sont pas réellement considérés en tant que tels, car si la mobilité renvoie à un capital symbolique valorisé, elle ne concerne pas toutes les populations ni l’ensemble des déplacements. La question de la disposition à être mobile devient même un facteur de différenciation professionnelle, ayant pour conséquence d’introduire des inégalités de capacités, et d’institutionnaliser et d’intérioriser les rapports sociaux.

Pourquoi la mobilité est-elle donc devenue un capital ? Lorsque les ressources ne sont pas dépensées en pure perte mais investies, elles apportent des profits qui augmentent les ressources détenues au détriment de ceux qui n’en bénéficient pas. Qu’apporte donc le déplacement ? Pour qui ou pour quoi se déplace-t-on ? La mobilité et la capacité à se mouvoir sont parfois vues comme un savoir, voire un savoir-faire qui en font donc un véritable capital culturel (cf. Bourdieu). Or, l’absence de mobilité peut au contraire concerner des personnes qui ne souhaitent pas bouger. Le déplacement est alors vécu comme étant contraint et au profit d’autres personnes qui en tirent un bénéfice au détriment des gens qui ne veulent pas bouger. F. Ripoll conclut donc son intervention sur la revendication d’un droit à maîtriser ses localisations et non d’un droit à la mobilité.

***

Introduction de la deuxième partie de la journée par deux doctorantes organisatrices de cette séance : Marion Lang et Hind Drissi­Khedira

  • Hommage à Matthieu Giroud

Afficher l'image d'origineL’après-midi de cette 2ème séance du séminaire La Ville Juste s’est ouvert sur un hommage rendu à Matthieu Giroud, chercheur, géographe, décédé lors de l’attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan, à Paris. Cet hommage a fait l’objet d’une présentation par Nina Michalski (Master 2 Recherche en Histoire à l’Université Lumière Lyon 2).

En 2007, Matthieu Giroud soutient sa thèse : Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien ; elle lui vaut le prix de Thèse du Comité National Français de Géographie, en 2008. Nina Michalski a appuyé sa présentation sur l’article de Matthieu Giroud : « Mixité, contrôle social et gentrification », paru dans : La vie des Idées, en 2015.

Maitre de conférence en géographie à l’Université de Clermont-Ferrand (2008-2012), puis à l’Université Paris-Est, M. Giroud a particulièrement travaillé sur le renouvellement, la gentrification, les continuités populaires, les évictions, les mobilités spatiales, les espaces de vie ainsi que sur les changements urbains. Il s’est interrogé sur les démarches politiques visant à transformer des quartiers centraux, en réalisant une étude sur Grenoble. La municipalité socialiste poursuivait alors un objectif : briser l’image de quartier ouvrier et/ou immigré en pratiquant une politique de rénovation urbaine, en envisageant un quartier-village, faisant référence à une cité idéale. Mais suffit-il de donner accès à des personnes défavorisées à des quartiers bourgeois pour réaliser la mixité sociale ?

Lorsqu’il évoque les concepts de résistance et de mixité sociale, il souligne que les populations vivant dans un même quartier ne se mélangent pas pour autant ; la carte scolaire est révélatrice : les bourgeois inscrivent leurs enfants dans les écoles privées. Si une solidarité existe, elle est occasionnelle. Les « gentrifieurs » habitent le quartier pour y dormir et les commerces qui le colonisent sont liés à une certaine culture. Les « Bobos », eux, souhaitent se démarquer des classes supérieures et inférieures.

D’autre part, lorsque les pouvoirs publics attirent des populations fortunées dans des quartiers modestes, il s’avère qu’in fine, les loyers augmentent et l’éviction des plus défavorisés est inévitable. Un quartier populaire devient alors un quartier riche. Il n’y a pas d’échange. Même les habitants, premiers conservateurs de leur image originelle, cultivent l’image ouvrière qui les met en valeur pour résister à la gentrification. Le chercheur montre que les écarts sont cultivés, parfois même, au sein d’un immeuble.

  • Elise Vinet« Retours sur quatre ans de recherche-action sur les discriminations envers les femmes dans trois quartiers prioritaires lyonnais »

Ayant dirigé un travail de recherche-action et d’expérimentation sociale sur des questions de genre dans trois quartiers prioritaires lyonnais (La Duchère, Mermoz et Le Vergoin), E. Vinet a été amenée à travailler sur l’espace public et la justice (ou l’injustice) à l’oeuvre dans ces territoires. Elle a ainsi été amenée à s’interroger sur les discriminations multi-factorielles envers les femmes à travers le non-recours aux offres socio-éducatives et de loisir, leur place dans l’espace public, mais aussi l’ethnicisation des rapports sociaux de sexe. Le financement de cette étude-action émane de deux délégations : la Politique de la ville et logement de Lyon et Egalité Femmes /Hommes et handicap.

La première chose flagrante pour E. Vinet est l’existence d’un rapport étroit entre l’espace physique et l’espace psychologique. Il existe en effet un lien très puissant entre l’organisation de l’espace physique et ses conséquences sur le lien social et l’espace psychologique des individus vivant dans ces espaces physiques. L’intérêt sur les questions de genre à évidemment impliqué différentes intersections, que ce soit sur des questions sociales, économiques ou raciales. La réflexion sur la place des hommes et la place des femmes dans la ville est une réflexion qui s’inscrit tout à fait dans les réflexions sur la ville juste et l’objet de cette recherche a amené à s’interroger sur la mixité et la non-mixité et à notamment s’interroger sur les facteurs qui favorisent un changement social en faveur de la mixité.

Une approche psychosociale a été privilégiée dans le cadre de 180 entretiens, individuels et formels, après élaboration d’un guide portant notamment sur les ressentis d’injustice et contenant des observations afin d’évaluer les trajectoires des habitants. La population observée se compose d’habitants, de représentants publics et de travailleurs sociaux. Trois comités ont été mis en place : de pilotage, de suivi et de technique. Et tous se sont rencontrés avec les chercheurs pour faire des comptes rendus partiels des renseignements collectés avant la formation d’ateliers, pour proposer des préconisations et faire des observations.

E. Vinet souligne que, historiquement, l’espace public est genré car il est pensé par et pour des hommes. D’autre part, l’espace public est à la fois « miroir » et « agissant » : il participe de la perpétuation, du renforcement ou de l’atténuation des inégalités systémiques. Par ailleurs, il peut s’avérer difficile de renverser au niveau local des inégalités globales et systémiques.

L’idée était d’analyser la participation des femmes aux offres d’activités, à leur présence dans les structures, dans les conseils d’administrations : par exemple, elle a pu noter que les femmes présentes dans les conseils d’administrations étaient plutôt des femmes retraitées, blanches avec un relativement fort pouvoir d’achat. D’autre part, il apparait que les hommes sont beaucoup plus présents dans les espaces publics (dehors) tandis que les femmes sont beaucoup plus présentes dans les secteurs fermés des associations : on peut s’interroger sur ce que cela dit de la place des hommes et des femmes dans le quartier.

Ces réflexions l’ont amené à s’intéresser à la notion de mixité : Comment atteint-on la mixité ? Doit-elle découler d’une mixité imposée ou bien parfois, des temps de non-mixité ne peuvent-ils pas être bénéfiques à la fois aux hommes et aux femmes ? La mixité ne peut pas juste être une co-présence, donc qu’est ce que la mixité réelle, vécue ?

Il apparait en effet que, bien souvent, le discours de la mixité se fait au détriment de l’égalité qui n’en découle pas nécessairement : parfois, s’éloigner de la mixité peut aussi permettre de créer des espaces réservés aux femmes, leur redonnant ainsi une place prioritaire.

Cette étude l’a aussi menée à s’interroger sur l’habitant-acteur et la volonté des acteurs. En effet, est-ce que les habitants et habitantes des quartiers populaires doivent impérativement aller dans les associations ? Ou est-ce que la volonté des chercheurs et des élus ne va pas à l’encontre des souhaits des habitants ? Si l’on interroge les motifs de non-recours aux offres d’activités, on se rend compte qu’il y a des non-recours liés à des pensées politiques, liés à une volonté de montrer qu’on n’a pas le temps pour se divertir mais plutôt pour travailler, à un refus d’être considéré comme « pauvre » car bénéficiaire du centre social.

–> Pour mettre en place une recherche-action, il faut prendre en compte les demandes de la population et les objectifs de recherche, ce qui entraîne une négociation permanente, d’autant plus que les travailleurs sociaux poursuivent d’autres objectifs.

Au travers de ces recherches, il apparaît aussi que la place des hommes est un impensé de la politique : tandis qu’on réfléchit sur la place des femmes dans une perspective d’égalité des droits entre hommes et femmes, on laisse de côté la place des hommes. Ici il semble que les activités des associations sont pensées pour les femmes exclusivement, ou alors les très jeunes garçons. Ainsi, la femme est pensée dans le quartier comme « à émanciper » tandis que l’homme est plutôt perçu comme menaçant, à garder « en dehors ». Ainsi, ici, apparait-il que la mixité au profit des femmes se fait au détriment des hommes et donc, de l’égalité.

Les réflexions d’E. Vinet sur la place des hommes et des femmes dans le quartier, amène à s’interroger sur la question de l’appropriation exclusive et sur la place des « indésirables » : pour organiser l’espace public et l’idée d’une société, d’une ville « juste », il faut penser la place des indésirables dans l’espace et leur co-présence avec les autres acteurs.

Des restitutions auprès des commanditaires des travaux, des acteurs des structures socio-éducatives, et des habitants, notamment sous une forme théâtrale, avec la pièce : « Décalages, quelles places pour les habitantEs ? », rassemblant : artistes de la compagnie du Théâtre du Grabuge de Lyon, habitants, chercheurs et travailleurs socio-éducatifs. Le projet de « Labo-Théâtre » se développe encore, avec des ateliers d’écriture, de chant, de slam et d’improvisations. Un « Décalages 2 » est en préparation pour la fin avril, à la MJC Mermoz et actuellement, des femmes-clowns animent les rues.

  • Emilie Elongbil-Ewane“La répartition des migrant-e-s dans les territoires urbains: l’enjeu des politiques publiques, 1950-1970. Exemple comparatif des migrant-e-s algériens à Lyon et des migrant-e-s turcs à Berlin-Ouest.”

Les travaux d’Emilie Elongbil-Ewane engagent une réflexion comparative entre deux villes, deux structures nationales a priori opposées, du point de vue de politiques mises en place pour l’accueil des immigrés dans le contexte économique des Trente Glorieuses : les Algériens à Lyon et les Turcs à Berlin.

L’émigration algérienne en France est d’origine coloniale alors que l’émigration turque en Allemagne émane d’accords officiels, l’Etat réceptionnant des travailleurs émigrés recrutés sous contrats, en fonction des variables d’ajustement du marché de travail (gastarbeiter). Partant de l’hypothèse de structures d’accueil différentes, des points de convergence ont néanmoins émergés.

Après une brève histoire de l’immigration pour chacun de ces pays, Emilie Elongbil-Ewane distingue deux périodes phares. Entre 1950 et 1960 perdure l’image du travailleur immigré célibataire. Les politiques d’accueil se limitent donc à l’aide sociale, avec notamment, l’aide au logement avec par exemples, le Foyer des Jeunes Travailleurs en Allemagne, la SONACOTRA en France. Cependant, des femmes et des enfants commencent déjà à migrer. Dès la fin des années 1960, les pouvoirs publics prennent conscience que les migrants et les migrantes sont installés dans la ville, ce qui induit une inflexion de la politique du logement et la prise en charge des familles.

Il existe un certain nombre de migrants qui n’entrent pas dans ces politiques de logement et font donc face au marché classique du logement, ce qui les amènent à occuper les logements les plus précaires de type garnis : on observe alors la naissance des cités de transit qui sont en théorie des logements provisoires mais qui s’éternisent. Cette population étrangère devient progressivement visible dans l’espace urbain, laissant apparaître de fortes concentrations d’habitations de migrants, dans les années 1970.Les pouvoirs publics tentent alors de freiner ce processus et de procéder à un rééquilibrage du tissu urbain, instituant des « seuils de tolérance » à ne pas dépasser et correspondant à 15-20 % en France et 30 % à Berlin Ouest. Les pouvoirs publics considèrent qu’arrivé à ce stade, ce taux menace le « bon équilibre social ».

Se pose alors la question suivante : est-ce que la justice dans la ville passe par cette mixité, cette « juste répartition » dans l’espace urbain des populations immigrées ? La justice ne serait-elle pas plutôt de laisser le libre choix dans l’installation à ces populations migrantes ?

Toutefois, il semble difficile de construire ces politiques de limitation : comment est-il possible d’établir statistiquement le nombre de population étrangère dans un espace urbain ?

En 1970 la Préfecture de Lyon demande à l’inspection d’académie de lui fournir les registres d’écoles afin de déterminer les quartiers où la population étrangère est déjà « trop » nombreuse afin d’interdire à de nouvelles familles de s’installer dans ces quartiers.  Dans certains secteurs, comme le quartier Berthelot de Lyon, l’État refuse d’accueillir de nouveaux migrants, ce qui est contraire au droit de rapprochement familial, si le travailleur déjà installé dispose du logement adéquat pour accueillir sa famille. L’Allemagne en fait de même, adoptant des mesures d’interdiction d’habitation en 1975, en particulier pour trois zones : Kreuzberg, Tiergarten et Vedding.

Il faut noter que ces politiques sont très ciblées puisqu’elles excluent les européens et ne visent donc que les populations étrangères extra-européennes, ce qui amène une nouvelle fois à s’interroger sur la notion de justice. Il apparait qu’en fait, ces mesures répondent à une peur sociale qui voit dans la concentration d’une population étrangère une menace à la tranquillité et à la sécurité.

Ceci entraine plusieurs réactions dans les deux villes. En effet, dès 1970, des syndicats français comme la CFDT et les communautés d’agglomération dénoncent la trop faible quantité de logements sociaux allouée aux travailleurs migrants. Les associations comme la CIMAD, la Maison des Travailleurs étrangers, se fédèrent pour protester et les acteurs de la société civile mobilisent la population française et étrangère. En Allemagne, le Comité des Etrangers est fondé et défend les droits des étrangers, dénonçant l’anti constitutionnalité de la mesure prise par le Sénat et réclamant « un seul et même logement pour tous ». De plus, dans les deux pays, les migrants réagissent eux-mêmes individuellement, en contournant les règles.

Finalement, ces mesures de limitation ont une très faible portée pour mieux répartir les populations migrantes et au milieu des années 1970, les législations s’assouplissent. Paradoxalement, les logiques de concentration s’accentuent, résultat d’une action publique suivie d’une action des bailleurs sociaux n’octroyant pas de logements dans l’ensemble du parc social. C’est que chaque acteur concerné poursuit une logique d’action qui lui est propre. Il existe néanmoins des logiques d’inclusion comme les Conseils d’Etrangers en Allemagne, réunissant migrants et pouvoirs publics, ce qui fait de la cité, une ville un peu plus juste.

***

Notes : 
[1] Il existe néanmoins de nombreuses autres approches de la justice (comme entre autres le marxisme de Marx, l’anarchisme de Proudhon…), qui n’ont pas été traité par l’intervenante.

Crédits images :
– « Balanced scale of Justice » By Perhelion [CC0], via Wikimedia Commons.
« Stop gentrification » By JK B [CC BY-SA 2.0], via flickr.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *