Séance 3 : Mémoire et Ville Juste

LogoIMU_ED

Séminaire « La ville juste », ED 483 Sciences Sociales

Coordonné par Natacha Coquery (historienne)

 Compte rendu de la séance de mardi 10 mai 2016 (9h-17h)

ISH, 14, avenue Berthelot, Lyon, salle Elise Rivet (matin)

Le Rize, 23 rue Valentin Hauÿs, Villeurbanne

Séance préparée par les étudiants-e-s du séminaire : Eulaidia Araujo, Cyril Bonfils, Fabien Lhopital, Aliénor Wagner, Clara Paraboa.

Thème de la journée : Mémoire et ville juste.

Matinée (9h30-12h30)

Cette matinée de la séance s’est déroulée autour de trois présentations.

  1. Vincent VESCHAMBRE : Professeur en sciences sociales à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon, Directeur du RIZE à Villeurbanne

Titre : « Qu’entendre par justice spatiale dans les domaines de la patrimonialisation et de la mise en mémoire ? Réflexions à partir du cas villeurbannais »

  1. Benjamin TREMBLAY : Doctorant en sociologie au Centre Max Weber

Titre : « A l’école du regard ; lorsque la ville nous apparaît »

  1. Marie-Thérèse TÊTU : Socio-anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Max Weber

Titre : « Lieu de mémoire et mémoires d’un lieu. La prison Montluc à Lyon »

La dernière séance du séminaire « la ville juste » s’est terminée l’après-midi par une balade urbaine à Villeurbanne.

Villeurbanne : une ville qui développe une politique publique de mémoire

La première étape de cet après-midi ensoleillé et riche en échanges nous a conduit au Rize (à l’origine appelé « Centre mémoires et société »). Fruit d’une forte volonté des pouvoirs locaux, le Rize est un centre de mémoire, un exemple de politique publique de mémoire d’une ville. Nos deux guides, Robin et Aliénor, nous ont exposé cet ambitieux projet de transmission de la mémoire à la population que se donne le Rize, ce qui passe notamment par un inventaire participatif et un programme d’inventaire professionnel.

Matinée (9h30-12h30) 

  1. Vincent VESCHAMBRE : Professeur en sciences sociales à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon, Directeur du RIZE à Villeurbanne

Titre : « Qu’entendre par justice spatiale dans les domaines de la patrimonialisation et de la mise en mémoire ? Réflexions à partir du cas villeurbannais »

L’objectif visé par la présentation était d’appliquer la grille de lecture de la « ville juste » aux questions de patrimonialisation et de mise en mémoire. Au regard de cet énoncé, le conférencier soulève, à titre introductif, la question de savoir s’il faut aborder la problématique sous la notion de « ville juste » ou de « justice spatiale ». Pour lui, il s’agit bien de la dimension spatiale des inégalités, concept qui véhicule des phénomènes objectivables, en termes du binôme égalité/inégalités.

A l’inverse, la notion de justice et son corollaire d’injustices spatiales renvoient à une approche normative qui s’inscrit dans le registre du politique. Le débat sur les notions de « ville juste », de justice spatiale ou de d’inégalités spatiales renvoie à un problème théorique de fond : la justice et les inégalités peuvent-elles être proprement spatiales ? Et l’espace peut-il être pensé comme autonome ? Toutes ces interrogations corroborent les conclusions auxquelles les hommes de sciences aboutissent généralement, à savoir qu’il existe bel et bien des inégalités sociales et que celles-ci sont en général spatialisées.

Vincent Veschambre a abordé la problématique examinée au regard de la patrimonialisation et de la mise en mémoire.

Pour appréhender la dimension spatiale des inégalités sociales, il faut analyser d’abord l’appropriation de l’espace. Ces inégalités ne sont pas strictement économiques. Elles résultent aussi des capacités inégales, selon les groupes sociaux (genre, classe, origine), à s’approprier et contrôler le patrimoine culturel et les lieux de mémoire.

Dans le cas de Villeurbanne, qui sert de toile de fond pour ces analyses, on se rend aisément compte que les minorités ethniques, les classes populaires et les femmes sont les grands absent-e-s des lieux de commémoration. De même, au niveau du discours, on observe une certaine hiérarchisation entre les grands et les petits patrimoines, tout comme une certaine vision à opérer une distinction insidieuse entre les patrimoines d’intérêt national et ceux d’intérêt local. En somme, dans le rapport au patrimoine et à la mémoire, la définition du champ est devenue un mode de légitimation des groupes sociaux privilégiés.

Il en est de même avec l’accès aux lieux consacrés comme patrimoniaux. Ainsi, bien que les châteaux, les édifices publics « patrimonialisés » soient entretenus aux frais du contribuable, les groupes défavorisés n’y ont pratiquement pas accès. A la question donc de savoir si la valorisation des traces reflète la diversité des populations qui ont fait la ville, la réponse est claire : ce n’est manifestement pas le cas.

Pour ne citer que quelques exemples à Villeurbanne, sur 50 éléments architecturaux classés dans le patrimoine, seulement deux relèvent du patrimoine industriel. Des dizaines de cheminées d’usine dans les années 1970, il n’en subsiste que neuf en 2012. Les symboles des luttes ouvrières sont progressivement effacés, tout comme il y a une invisibilité totale des traces des populations migrantes. Il y a donc dans la patrimonialisation un risque réel de dépossession de la culture d’origine populaire. Loin d’être porteurs de la diversité sociale, ses quels acteurs ? le « ses » se rapporte à quoi ? acteurs restreignent le regard sur leur sphère sociale, reléguant les autres symboles dans l’oubli. D’où la nécessité pour les hommes politiques de stimuler, comme le RIZE essaie de s’y employer à Villeurbanne, l’intérêt et la participation des classes défavorisées à la définition du patrimoine et de sa mise en mémoire.

Durant les échanges, les participant-e-s ont soulevé un certain nombre de questions liées notamment aux temporalités des questions patrimoniales dans une ville comme Villeurbanne ; le lieu de décision de ce qui est patrimonial ou pas et les usages à en faire ; le problème entre la préservation de la mémoire (usine, luttes ouvrières) et la disparition de l’objet de celui-ci (luttes ouvrières) ainsi que le degré de professionnalisation (« conscientisation » face à ces inégalités).

  1. Benjamin TREMBLAY : Doctorant en sociologie au Centre Max Weber

Titre : « A l’école du regard ; lorsque la ville nous apparaît »

La présentation de Benjamin Tremblay s’est basée sur une expérience de recherche au cours de laquelle l’auteur a eu à faire le constat qu’au Rize, les salarié-e-s avaient eux-mêmes un doute sur la signification du patrimoine et de la mémoire. Partant de là, il s’est forgé deux types d’attitudes. Soit le phénomène résultait de l’ignorance, auquel cas il fallait que la science, entendue dans son sens thérapeutique, leur vienne en secours ; soit il fallait alors prendre acte de ce fait et intégrer que le lieu fonctionne sur le doute. L’angle d’attaque finalement adopté a été qu’au lieu de s’appuyer sur les théories lourdes, il fallait partir des approches pragmatiques, sur ce qui est fait.

Benjamin Tremblay a ensuite articulé sa présentation autour de deux points. Dans un premier temps, il a été question de la nécessité de retrouver les phénomènes, en oubliant les présupposés et ce qui est censé être connu et faire des entretiens avec les acteurs du RIZE (notamment le responsable des expositions, des manifestations publiques, etc.).

Le deuxième élément tiré de l’expérience de cette recherche a été qu’au Rize, soin est pris de ne pas employer les termes de mémoire et de patrimoine au quotidien. Lorsqu’on voit le travail de l’archiviste par exemple, on se rend compte que c’est une manipulation éhontée. Son rôle consiste à trier des documents, en garder certains et en démolir d’autres. Il en fait de même avec les objets et les photos dont il fait des photocopies et des découpages. Il s’agit quelque part de trahir la matière et lui faire dire ce qu’on veut qu’elle dise.

En deuxième lieu, le conférencier a mis en exergue la nécessité pour le Rize de donner des grilles de lecture pour que le public puisse décrypter le patrimoine et les objets de mémoire qu’il constitue.

Partant de l’exemple d’une photographie, il a indiqué que celle-ci est non seulement un objet, mais qu’elle est aussi pleine de significations. Pour l’homme de la tautologie, on peut y voir ce qu’il y a et rien d’autre. Mais pour l’homme de croyance, il est possible d’y voir quelque chose au-delà des apparences.

Le pragmatisme se situe entre les deux. On ne voit pas l’histoire dans l’objet (une cheminée par exemple), mais l’histoire se trouve dans la chair de l’objet. D’où la nécessité pour le public que le Rize en donne des grilles de lecture, car en définitive, la ville n’est pas un objet ; c’est une matière à penser et le Rize est un laboratoire de lecture de la ville.

Benjamin Tremblay en tire la conclusion que s’il faut donner des gilles de lecture, c’est que le monde, objet de patrimoine et de mémoire – et qu’on veut faire passer, dans sa vision, de la tautologie à la croyance – est un monde à rectifier. En fait, les gens vivent dans la ville sans en voir la réalité, celle-ci étant à découvrir puisqu’elle est ailleurs.

Dans les balades urbaines par exemple, le guide raconte des histoires que le visiteur est obligé de croire. L’index du guide pointant sur quelque chose agit d’autorité et décide de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas, sauf si les gens sont informés et remettent en cause les vérités du guide. On peut donc dire que le guide, devant faire des choix, peut manipuler le visiteur.

Les échanges intervenus à l’issue de cette présentation ont soulevé diverses questions, principalement en rapport avec la capacité de l’approche pragmatique à rendre valablement compte de la distribution spatiale des inégalités. Il fallait savoir en somme si ce travail traite tous les Villeurbannais de la même manière, au regard en particulier de la question de l’immigration. La réponse a été que les expériences sont faites par quartier dans la même temporalité et que cela est de nature à rendre justice à tous les espaces.

  1. Marie-Thérèse TÊTU : Socio-anthropologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Max Weber

Titre : « Lieu de mémoire et mémoires d’un lieu. La prison Montluc à Lyon »

Basée sur un travail de recherche mené en 2012-2015 sur le lieu de détention qu’a été la prison Montluc à Lyon, la présentation de Marie-Thérèse Têtu a mis en exergue le fait que dans la patrimonialisation, un lieu à mémoires multiples peut connaître des oublis et faire des oubliés perdus pour la mémoire.

Pour s’en rendre compte, il faut partir des publics-cibles que l’établissement a eu à héberger successivement comme lieu de détention. On découvre ainsi que pendant la Seconde Guerre mondiale, la prison de Montluc a servi de lieu de détention des victimes des rafles anti-juives. Après la guerre, le même établissement a servi de prison pour les responsables nazis et les collaborateurs français, avant d’être converti, pendant la guerre d’Algérie, en lieu de répression pour les militants algériens du FLN et leurs soutiens français.

Selon Marie-Thérèse Têtu, la patrimonialisation de cet édifice s’est faite dans l’urgence au moment où le bâtiment était menacé d’effondrement. Fait remarquable : l’opération s’est passée de manière démocratique. Elle est en effet partie d’une initiative locale qui a ensuite été relayée par les institutions. La constitution de ce patrimoine devait porter sur une brève période de dix-huit mois, correspondant à l’occupation nazie. Et pour des raisons pragmatiques évidentes, ce travail fut pris en charge par l’armée.

Il résulte de ce choix que dans la patrimonialisation du lieu, une catégorie de ceux (et de leurs descendant-e-s) pour qui l’édifice pouvait constituer un lieu de mémoire a été laissée dans l’oubli. Il a fallu qu’un ancien combattant du FLN, devenu entretemps sénateur, qui y avait été détenu et condamné à mort, vienne s’y recueillir et constate que les Algériens n’y retrouvaient aucune trace, pour que la question soit soulevée.

Afin de donner le sens approprié à cet oubli, Marie-Thérèse Têtu a opéré une distinction entre la figure négative et la figure positive de l’oubli. Dans son acception positive, l’oubli est délibérément fait pour exorciser un passé douloureux et avancer. C’est le sens qu’il faut accorder à l’oubli grec, où à l’issue d’une période de dures épreuves, la cité décrétait pour ses habitants un oubli des événements douloureux pour se donner la chance de reprendre vie et se reconstruire un avenir plus heureux.

Mais dans le cas de la patrimonialisation de la prison de Montluc, l’oubli opéré ne l’était pas dans l’intention du dépassement. Il s’agissait d’occulter une mémoire gênante, aussi bien pour l’Etat français que pour la société. Ce faisant, les maîtres d’œuvre de ce choix ont oublié que dans cette mémoire institutionnelle, il y avait aussi les descendant-e-s de ces Algérien-ne-s, en dehors de l’Etat français et algérien. Il est évident que si on limite la mémoire à l’Hexagone, on prive les descendant-e-s d’immigré-e-s de leur mémoire, puisqu’il ne peut y avoir de mémoire sans lieux mémoriels.

Le débat qui a eu lieu après cette présentation a porté sur les oubliés de la mémoire, tels les Tsiganes, qui selon l’une des participantes de la journée ne s’intéressent pas à leur passé, à l’instar des jeunes Français d’origine algérienne qui, par embarras d’une mémoire handicapante, préfèrent s’en détourner et avancer.

Pause déjeuner

La dernière séance du séminaire « la ville juste » s’est terminée l’après-midi par une balade urbaine à Villeurbanne.

Villeurbanne : une ville qui développe une politique publique de mémoire

La première étape de cet après-midi ensoleillé et riche en échanges nous a conduit au Rize (à l’origine appelé « Centre mémoires et société »). Fruit d’une forte volonté des pouvoirs locaux, le Rize est un centre de mémoire, un exemple de politique publique de mémoire d’une ville. Nos deux guides, Robin et Aliénor, nous ont exposé cet ambitieux projet de transmission de la mémoire à la population que se donne le Rize, ce qui passe notamment par un inventaire participatif et un programme d’inventaire professionnel.

Villeurbanne : une ville hétéroclite et de logements ?

En sillonnant Villeurbanne, nous avons constaté des inégalités spatiales et un certain nombre d’actions initiées pour « réparer » ou réduire ces écarts. L’ensemble architectural des Gratte-Ciel de Villeurbanne et l’exemple de réhabilitation des usines Bally sont entre autres les endroits qui ont retenu l’attention du groupe. Il y a une volonté d’apporter une cohérence dans le trait architectural par la couleur des bâtiments entre autres, mais les disparités n’en restent pas moins importantes aussi bien au niveau architectural que social.

Le débat entre les séminaristes s’est un moment cristallisé autour de la temporalité de la question de l’urbanité, mais aussi sur la problématique du logement. Il faut à cet effet rappeler la construction des HBM qui vise à créer un cadre pour le « bien vivre » à Villeurbanne en soulignant l’idée de justice.

L’autre volet important de la séance a été incontestablement la rencontre avec Agnès Thouvenot, adjointe au Maire en charge de l’économie solidaire, de l’emploi et de l’insertion, de la santé, de la lutte contre les discriminations et de l’égalité Femme-Homme.

« Une ville juste c’est une ville qui prend en considération la santé et les questions environnementales ».

Dans son allocution, Agnès Thouvenot a d’abord brièvement rappelé la politique municipale de Villeurbanne en matière de santé. Elle a souligné les importants efforts en vue de construire une action publique de lutte contre les discriminations et les inégalités de manière globale, avec la collaboration de Marie-Christine Cerrato Debenedetti.

La reprise de l’accroissement des inégalités et des discriminations est en effet une tendance forte de ces dernières années, comme le notent beaucoup d’observateurs. Selon Agnès Thouvenot, les liens entre justice sociale, justice spatiale, justice de condition de santé et la question environnementale ne sont pas tissés. Par exemple, dit-elle, on ne parle d’inégalités de santé qu’au regard des inégalités sociales. A travers des exemples édifiants (sur la prise en charge du diabète notamment), elle explique la difficulté d’intégrer la question environnementale et spatiale dans les inégalités sociales.

Selon elle, cela reste en construction au niveau des autorités publiques. Les médias, les chercheurs et le langage politique s’approprient progressivement l’idée du croisement de toutes ces questions et leurs enjeux.

Agnès Thouvenot a fait cas d’une récente étude d’impact en santé (EIS) à Villeurbanne. Ce travail qui s’appuie sur des données concrètes fournies par des architectes, des techniciens de la question environnementale, de la santé publique, etc. a abouti à un certain nombre de recommandations dont l’enjeu est d’apporter des amendements au projet initial sur la santé.

Faire le lien entre justice, ville, santé et questions environnementales conduit à mettre la focale sur la prise en charge et le financement. Il faut se donner les moyens de construire une « ville juste » et cela dépasse souvent les autorités municipales. Selon Agnès Thouvenot, un des enjeux par rapport à cette problématique de la « ville juste » est de voir les expertises de la population sur la santé. Sur le diabète par exemple, des habitants ont un niveau d’expertise sur la maladie digne d’un médecin. Mais comment impliquer ces habitants et leurs expertises en faveur de la politique publique de santé ? Comment reconnaître déjà cette expertise dans le champ de la démocratie ?

C’est un truisme de dire que la politique publique se fait de manière démocratique. En revanche il y a selon Agnès Thouvenot une partie de la population qui est exclue, qui s’auto-exclut du processus démocratique. Comment faire pour les intégrer dans le champ démocratique ?

Il semble que la santé peut être un levier, notamment en pariant sur la capacité des habitants. Sur le thème de l’environnement, on voit bien à quel point les expertises des associations environnementalistes sont utiles aux autorités publiques. On voit aussi individuellement que les habitants confrontés à des problèmes de santé graves à long terme acquièrent des expertises sur leur santé. C’est pourquoi il existe aujourd’hui à Villeurbanne une commission santé environnementale qui implique les habitants.

Pour finir, les thèmes des smart cities, des « villes connectées » sont abordée : comment est-ce qu’on inclut l’enjeu démocratique avec des indicateurs de richesse, de bien-être ? Avec la santé comme moyen d’accroche ?

L’un des participants au séminaire a soulevé la question de l’articulation des échelles : les décisions qui relèvent de la métropole, de la région (Rhône-Alpes) et de l’agglomération (Villeurbanne). Agnès Thouvenot rappelle que la marge d’autorité de la ville de Villeurbanne sur des questions aussi majeures que celles de la santé, de l’environnement n’est évidemment pas grande. Cela ne peut pas dépendre que de Villeurbanne. La compétence de santé, la compétence de l’environnement sont d’abord une compétence de l’Etat, et dans certains cas il y a conflit d’autorité.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *