Appel à articles : Quel droit à la ville ?

Environnement Urbain / Urban Environment
Numéro thématique – 2016

Quel droit à la ville ?

Éditeurs
Margier Antonin & Melgaço Lucas

Appel à articles

Aujourd’hui, le “droit à la ville” s’est imposé comme un concept clé, autant dans les sphères académiques que dans les mouvements issus de la société civile ou au sein des politiques publiques. Des institutions onusiennes aux mouvements citoyens de réappropriation de l’espace urbain, l’accessibilité de la ville pour tous est devenue une préoccupation fondamentale. En formulant ce concept de « droit à la ville », Lefebvre (1968) référait à une réappropriation des processus de décision et des outils de production de la ville par ses habitants. L’affirmation et la participation des citoyens au devenir de la ville devaient ainsi réduire les écarts entre les citoyens, limiter les formes de ségrégation et favoriser l’éclosion d’une ville plus inclusive et démocratique.

Or, plus de 40 années après la parution du « Droit à la ville », force est de constater que les inégalités et les rapports de domination n’ont guère fléchi. Une importante partie de la population urbaine, du nord comme du sud, continue à être mise à l’écart des aménités urbaines. Des logiques d’entre-soi (Donzelot, 2004) tendent à orienter la production de l’urbain, qui se fragmente en une multitude d’enclaves, attribuant à chaque individu sa place selon son statut social. Certaines minorités voient progressivement leur accès se restreindre aux espaces publics, qu’il s’agisse des sans-abri (Smith, 1996 ; Mitchell, 1997), des vendeurs ambulants (Crossa, 2009), des prostituées (Hubbard, 2004) ou des jeunes (Malone, 2002), et l’individu consommateur semble se substituer au citoyen (Santos, 1987).

Pour aborder de manière critique ces phénomènes, de nombreux chercheurs ont mobilisé le concept de « droit à la ville » en le détournant, en le déformant et en l’adaptant aux contextes locaux.  Par ailleurs, de nombreux responsables politiques ont utilisé ce terme comme un slogan, légitimant des pratiques souvent éloignées de l’idéal lefebvrien (Costes, 2010 ; Souza, 2010). Acquérant de multiples significations, ce concept semble ainsi avoir perdu de sa clarté et de son pouvoir d’analyse. D’autant plus que l’application du “droit à la ville” devient un prétexte à la mise à l’écart des citadins considérés comme une gêne à l’expérience urbaine. En effet, dès lors que certains groupes se mobilisent pour réclamer et défendre leur “droit à la ville”, c’est parfois en conflit avec le droit d’autres groupes à occuper l’espace urbain. Les logiques de réappropriation des espaces publics par certains groupes de riverains se font bien souvent au détriment du droit des sans-abri ou des groupes de jeunes à occuper également les espaces publics. De fait, la mise en place du “droit à la ville” mène aussi à des conflits et révèle la diversité, voire l’incompatibilité, des significations qu’attribuent différents groupes à cette notion.

Suite à ces constats, nous invitons les auteurs à réfléchir à la validité du « droit à la ville » pour aborder les enjeux urbains contemporains, à la façon dont il a pu être instrumentalisé par certains acteurs, mais aussi aux possibilités de dépassement de ce concept. Dans cette perspective, nous acceptons autant des réflexions à visée théorique que des contributions empiriques pouvant s’inscrire au sein des thématiques suivantes:

– Mouvements sociaux et protestations
– Privatisation des espaces publics
– Jeunes et usages des espaces publics
– Les sans-abri et la ville
– Mobilités et droit à la ville
– Pratiques informelles des espaces publics
– Prostitution
– Genre et conflits dans les espaces publics
– Gentrification et ségrégation
– Surveillance et contrôle social

Références

Costes, Laurence. 2010. «Le droit à la ville de Henri Lefebvre: Quel héritage politique et scientifique? », Espaces et Sociétés, No 140-141, pp 177-191.

Crossa, Veronica. 2009. « Resisting the entrepreneurial city: Street vendor’s struggle in Mexico city’s historic center », International journal of urban and regional research, 33 (1) : 43-63.

Donzelot, Jacques. 2004. « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, Mars-Avril.

Hubbard, Phil. 2004. « Cleansing the Metropolis : Sex Work and the Politics of Zero Tolerance », Urban Studies, 41 (9).

Lefebvre, Henri. 1968. Le Droit à la ville, Paris: Anthropos.

Malone, Karen. 2002. « Street life: youth, culture and competing uses of public space », Environment and urbanization, 14 (2) : 157-168.

Mitchell, Don. 1997. «The Annihilation of Space by Law: The Roots and implications of Anti-homeless laws in the United States », Antipode 29 (3) : 303-335.

Santos, M. 1987. O Espaço do Cidadão. São Paulo: Nobel.

Smith, Neil. 1996. The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, Routledge.

Souza, Marcelo Lopes de. 2010. Which right to which city? In defence of political-strategic clarity. Interface: a journal for and about social movements, 2 (1): 315 – 333.

Soumission des articles

Les articles, d’un maximum de 10 000 mots (notes et bibliographie incluse) sont attendus pour le 10 janvier 2016. Ils peuvent être écrits en français ou en anglais et seront évalués anonymement par deux experts selon les modalités de la revue Environnement Urbain / Urban Environment.

Adresses pour la correspondance

antonin.margier@univ-lille1.fr
lucas.melgaco@vub.ac.be

Présentation de l’appel en anglais : Whose right to the city ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *