Séance 1 « Comment essaie-t-on de corriger les inégalités en ville ? »

Séminaire la ville juste

Mardi 10 novembre 2015 – ISH Salle Elise Rivet

13h – 18h

Thème de la journée :
« Comment essaie-t-on de corriger les inégalités en ville ? ».

Présentation des intervenant-e-s

Philippe Gervais-Lambony, géographe, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, rédacteur en chef de la revue Justice spatiale / Spatial Justice.

Marie-Christine Cerrato Debenedetti, sociologue chercheure associée, Aix Marseille, chargée de mission autour des luttes de discrimination à la Mairie de Villeurbanne.

Henry Dicks, philosophe, post-doctorant au LabEx Intelligences des Mondes Urbains (projet VIBIOM).

Présentation générale par Valérie Sala Pala (UMR Triangle),
co-organisatrice du séminaire.

Rappel des travaux de Susan Fainstein et des trois niveaux qu’elle prête à la notion de « ville juste », à savoir : l’équité, la diversité et la démocratie.

  • Philippe Gervais-Lambony (géographe) : « Petites histoires de conflits dans l’espace urbain sud-africain : quelles injustices, quelle justice ? ».

Afin de réfléchir à ce qu’est une action politique juste, la présentation aborde la question de la justice spatiale à travers un cas concret sur un terrain sud-africain.

Rappel sur la notion de justice spatiale :

Liste non-exhaustive d’auteurs sur la justice spatiale : John Rawls ; Amartya Sen ; Iris Marion Young ; Nancy Fraser ; Michael Walzer.
Cinq faces de l’oppression des groupes sociaux selon M. Young (1990) : exploitation / marginalisation / powerlessness / cultural imperialism[1] / violence.

En 1992, David Harvey ajoute une sixième face : « environmental consequences of our actions for people distant in space and time » = le tort qui est fait aux populations isolées et éloignées.
En Afrique du sud, pendant l’apartheid l’injustice était clairement partout et visible. Illustration : « Songs of the Picks » de Gérard Sekoto (1946). Prisonniers noirs pioches en l’air en rang dans les champs devant un agriculteur blanc les mains dans les poches. Illustre le mode d’exploitation de la main-d’œuvre et de son contrôle pendant l’apartheid. Pourtant le blanc a besoin de ces esclaves noirs à proximité (alors que l’apartheid signifie ségréguer / éloigner).
Aujourd’hui, la situation est très compliquée car beaucoup plus complexe. Il y a énormément de contradictions, de tensions entre les politiques de réparation postapartheid et les politiques de développement économique mondial (libéralisation).

A l’est de Johannesburg : la métropole Ekurhuleni (« le lieu de la paix ») a été constituée par le regroupement de 9 communes datant de l’apartheid dans l’optique de mettre en place une meilleure justice métropolitaine. C’est l’ANC[2] qui gouverne cette métropole (soutenue par une population majoritairement noire). Effort pour l’éradication des logements informels proche des townships : vaste politique de construction de logement social basée des logiques de rattrapage (à l’échelle métropolitaine, c’est donc une politique de redistribution).
Analyse d’un cas concret qui témoigne des nouvelles difficultés d’action du régime démocratique au sein d’une population encore divisée : projet de logements sociaux destinés à une population extrêmement pauvre (majoritairement constituée d’immigrés du Mozambique et du Zimbabwe) qui seraient implantés à proximité d’un quartier blanc aisé issu de l’apartheid dans les années 1950. Le projet est défendu par la partie de la population soutenant la politique de l’ANC. Mais les populations du quartier blanc se battent contre ce projet auprès des instances locales, usant des procédés de démocratie participative, sans jamais évoquer un problème racial.

Arguments utilisés par la population blanche :

  • ils n’ont jamais été consultés ; aucun des élus ne s’est rendu sur place : ils accusent donc l’ANC d’injustice procédurale ;
  • ils vont être victimes financièrement : la construction de ces logements sociaux à proximité va faire perdre de la valeur à leurs terrains et à leurs biens immobiliers ;
  • ils se plaignent au nom des futurs habitants des logements sociaux puisqu’il n’y a pas d’emploi ni d’infrastructures de transport afin d’ouvrir ce quartier au reste de la ville.

Réponse des autorités : argument lié à l’échelle, au nom de la redistribution sociale : il s’agit d’une politique de justice nationale qui ne doit pas succomber à des réticences locales, d’intérêts de groupes locaux. Le tribunal (composé d’élus locaux, de l’opposition, de fonctionnaires municipaux…) a décidé que le projet serait poursuivit.
Mais les populations concernées (les habitants pauvres du township) ne se sont pas exprimées. Ils appartiennent à une autre minorité pauvre, considérée par les Sud-Africains comme des criminels et sont donc exclus des négociations. Ils auraient certainement souhaité rester dans leur township car ils y ont des attaches notamment liées au commerce. Seuls les électeurs de l’ANC ont été écoutés (constituée essentiellement de classes moyennes). Ce projet s’insère dans une plus vaste procédure de mise en place d’une autorité métropolitaine.

Aujourd’hui, le parti historique de l’indépendance (l’ANC) est critiqué pour son clientélisme, et pour les nombreux retards dans ses projets. D’autres partis plus à gauche comme l’economy freedom fighter prennent de l’ampleur à travers la vie locale et associative en Afrique du Sud.

Questions après la présentation :

– Quelles formes de mobilisation spécifiques dans ces bidonvilles ?

Tradition d’associations citoyennes locales en Afrique du Sud, c’est à Soweto que tout cela est né. Le parti démocratique ANC a aujourd’hui une image beaucoup moins positive qu’à l’époque (clientélisme…). Beaucoup de répression policière : août 2012 la police tire sur des mineurs en grève. Mais aussi les violences xénophobes où des groupes dans les quartiers populaires vont s’attaquer aux populations étrangères…

– Etre chercheur blanc dans ce type de contexte urbain historique, comment fait-on ?

Cela fait longtemps donc c’est difficile à dire. Cela a autant d’avantages que d’inconvénients. Le monde de la recherche sud-africain est toujours très blanc, même vingt ans après l’apartheid, donc la seule différence est d’être français…

– Aller au delà du local : l’un des mérites de Mandela avait été de ne pas bousculer ce que les blancs avaient réussi à mettre en place côté économique mais on se rend compte qu’avec l’augmentation du taux de chômage, cette politique risque d’être débordée par sa base. Quelle évaluation faites-vous de ce risque ?

Ce risque est très fort. Le mythe de Mandela est incritiquable mais la politique de ses successeurs elle, l’est, et c’est ce que tente de faire les freedom fighters.

  • Marie-Christine Cerrato Debenedetti (sociologue) : « La territorialisation d’une injustice sociale, le cas des discriminations ethno-raciales en France ».

Marie-Christine Cerrato Debenedetti revient sur son sujet de thèse sur la politique française de lutte contre les discriminations raciales.

Terrain : Villeurbanne, ville de 150 000 habitants, de réputation « populaire », avec un passé industriel fort. L’identité de la ville se construit autour de la notion de différence et de la diversité culturelle. C’est une ville qui se veut « accueillante ». Période de l’étude : année 2000 à aujourd’hui.

Villeurbanne affirme sa particularité vis-à-vis des autres villes françaises par la mise en place d’un axe de lutte contre la discrimination ethno-raciale. La particularité de cette lutte prise en charge par la ville de Villeurbanne démontre la faiblesse politique de la prise en charge de cette question au niveau national.
L’intervenante critique la territorialisation de l’action publique sur la question des luttes contre les discriminations : c’est une façon de se défausser du problème. Elle déplore le fait qu’il n’y ait pas eu de débat national interrogeant le modèle français d’intégration. Selon la sociologue, il faudrait se reposer les questions de l’accueil et des défauts de ce modèle. De plus, l’Etat devrait fournir un cadre à cette lutte contre les discriminations.
Pour Marie-Christine Cerrato Debenedetti cette territorialisation est le résultat induit par un pouvoir central qui ne veut pas s’approprier la question : il s’agit de repousser cette thématique sur certains territoires déterminés. Ce sont les acteurs publics locaux qui doivent mettre en place des politiques de luttes contre les discriminations par eux-mêmes. Demeurent des questions quant à la spécialisation et à la gestion de cette problématique.
Argument souvent prononcé par les acteurs locaux : « les discriminations existent partout mais pas ici ». C’est un moyen de rejeter le problème en dehors du champ concerné.

L’État ne se donne pas les moyens de mesurer la véritable étendue de cette problématique : quelques rares études ont été publiées, mais cela représente évidement un investissement financier onéreux. Il faut donc mesurer sur place, ce qui mène souvent les acteurs à parler de discrimination territoriale et non pas ethno-raciale. De plus, des élus communistes ont fait passer une loi[3] afin de reconnaître le lieu de vie comme un critère de discrimination. Pour Marie-Christine Cerrato Debenedetti c’est encore une forme de dénégation du problème. Ces initiatives mèneraient à légitimer un problème plutôt qu’à le combattre.Selon elle, il faudrait davantage s’intéresser aux critères liés à l’origine. Ces démarchent seraient à spécifier dans les quartiers populaires racisés, dans les territoires même où les gens souffrent de racisme et le véhiculent à la fois. De plus, les discriminations ethno-raciales ne prennent pas en compte le problème du communautarisme. Marie-Christine Cerrato Debenedetti évoque une « racialisation du racisme ». Enfin, la sociologue affirme que dans ces problématiques, l’usage du droit est relativement peu utilisé, souvent méconnu ou brouillé.

Questions après la présentation :

Christian Montès (géographe) rappelle que le terme de « territorialisation » ici employé est à comprendre comme « localité » (différent de la notion de « territorialisation » utilisée en géographie).

– Pourriez-vous expliciter l’idée que vous avez avancée sur le retournement du racisme ?

« De victimes ils deviendraient bourreaux », les personnes ayant souffert de racisme appliquent des considérations racistes elles aussi.L’OPAL de Saint-Etienne a été condamné pour avoir utilisé des données permettant une mixité non pas sociale mais ethnique.

– Quel genre de personne travaille à la HALDE[4] ? (la personne évoque le souvenir d’un test qu’elle a dû passer auprès de la HALDE justement avec des clics informatiques très basiques qui renforçaient les catégorisations…).

A priori de grands commis de l’Etat, quelques fonctionnaires de l’administration centrale… La HALDE a été dissoute en 2011.

  • Henry Dicks, post-doctorant en philosophie du projet VIBIOM, LabEx Intelligences des Mondes Urbains : La justice dans la ville biomimétique.

Concept de biomimétisme : ville dont le fonctionnement s’inspire de la nature, une imitation rendue possible par la technique. Les ingénieurs, architectes et urbanistes réfléchissent à ce type de ville, cependant les SHS n’ont pas encore trouvé leur place parmi cette recherche tournée en premier lieu vers la technique.
La philosophie moderne a tenté aux XVIIème et XVIIIème siècles de définir une anthropologie de la ville, de réfléchir à l’état de nature, aux valeurs afin de modeler une polis moderne. Au sein de ces concepts on distingue le corps politique du corps humain. La justice va de pair avec l’émergence de la pensée sociale et du corps politique, on voit une volonté générale se former autour de l’idée de polis, et l’urbanisme prend un aspect corporel au XIXème siècle.Pour illustrer cela, H. Dicks donne l’exemple du plan Cerda[5] datant de 1860 qui représente la première théorie urbaniste liée à l’anatomie, mais aussi à une méthode scientifique.
Le concept de biomimétisme arrive avec l’idée de s’inspirer non plus du corps mais de la nature. Ainsi, Janine Benyus[6] en 1997 promeut l’idée de nature comme modèle, comme mesure et comme mentor, une rupture avec l’humanisme qui prenait l’homme comme modèle, une théorie qui a inspiré de nouvelles formes et systèmes.

Entre autres références, Henry Dicks cite le dessinateur François Schuiten[7] qui réinvente des villes dans des bandes dessinées. Souvent elles sont empreintes d’éléments émanant de la nature, l’architecture prend une place primordiale dans ses dessins où des systèmes inspirés directement du fonctionnement la nature sont inventés. Puis un autre système innovant a été évoqué, imaginé par Dickens Despommier, il s’agit des fermes verticales. Là encore ce serait un moyen d’inclure en ville non seulement de la nature mais aussi un système qui mêle caractéristique urbaine : une tour construite, un gratte-ciel, et caractéristique rurale : la ferme agricole. Cette idée a donné lieu à des projets en voie de concrétisation. Un livre, Paris 2025, la cité fertile face aux enjeux du XXIème siècle, écrit par Vincent Callebaut imagine dans le même type d’idée une ville productrice[8]. De ces divers concepts, innovations, représentations et idées, Henry Dicks en tire deux constats :

– la ville est uniquement pensée comme un système urbain, avec l’absence totale de phénoménologie ;
– le focus est mis sur l’architecture, l’agriculture, l’énergie, en oubliant les SHS. Pourtant, selon le philosophe, incorporer dans ces concepts la question de l’anthropologie et de la politique permettrait à la justice de prendre part à ce nouveau modèle de ville.

Par l’abandon de la vision humaniste, l’homme semble avoir été exclu. Henry Dicks, propose alors un modèle alternatif qu’il nomme : éco-anthropologie phénoménologique. Ainsi, par humain il n’entend pas « un humain » comme le voudrait la vision humaniste mais « les hommes ». Et dans le rapport au milieu naturel il rappelle l’évolution humaine qui a voulu que les hommes quittent la forêt pour un milieu ouvert, ce qui aboutit à l’idée de la clairière[9]. Ainsi il propose plutôt de mettre de l’humain dans la forêt tout en réfléchissant à quoi la clairière peut-elle être le modèle. Henry Dicks évoque l’agora, les marchés, le lieu des arts et de la philosophie, mais aussi des débats. Il déplore ainsi que ces éléments (le marché, la politique et les arts…) soient trop souvent ignorés par les urbanistes. Selon lui, les enjeux doivent changer et inclure plus de fluidité cognitive, un élément manquant dans les divers projets de ville biomimétique. Henry Dicks évoque donc un discours tourné vers la nature, la technique et l’homme. Selon lui la justice tant recherchée au sein de la ville pourrait émaner d’espaces tels que l’agora. En effet par les nouvelles formes de ville, les notions de justices distributive et spatiale vont être amenées à changer.
Henry Dicks pose la question du devoir de nature, alors que la nature même est utilisée comme élément de base à la biomimétique. Ce qui est attendu, et qui représente la norme, est avant tout la durabilité, mais cette durabilité est-elle constructible sans justice ? Qui va bénéficier de ce changement de modèle ? Quels scénarios concrets peut-on imaginer et quelles seront les revendications ?

Questions après la présentation :

– Qu’est-ce qui est attendu de cette ville biomimétique ? Quel est le critère d’évaluation ?

Ce qui est attendu c’est la durabilité, il s’agit de personnes très créatives, qui imaginent des villes avec un souci écologique et beaucoup d’utopisme. Nous sommes des consommateurs par excellence, donc nos villes consomment la planète.
Cf Ricoeur : « métaphore morte » qu’on ne reconnaît pas.

– Quelle place pour l’anthropologie et la tradition, la culture dans ces villes très artificielles ?

C’est très intéressant car le plus important est de transformer nos villes actuelles dans l’agora, ce qui laisse de la place à la transition, à l’évolution de la tradition. J’ai développé l’importance de la poésie par ailleurs.

– Quel lien avec le droit de la nature ? L’Equateur est le premier pays au monde à parler du droit de la nature.

Est-ce que la nature a une valeur intrinsèque et est-ce qu’on va lui accorder des droits ? Alors que dans la ville biomimétique la nature est plus source de normes que de droit.

– Mimétisme ou re-naturation de la ville en réalité ?

On a l’habitude d’habiter dans nos villes, mais les villes sont artificielles et pourtant il y a eu de la nature dans ces villes.

– Pourquoi choisir la forêt et non pas le glacier par exemple ?

Atelier participatif au TUBA sur la ville biomimétique et des gens ont fait des modèles de ville nénuphars, de ville brocolis, ou encore tous les travaux sur les mangroves… La théorie de Gaïa, livre qui préconise de penser les villes comme des termitières (alors qu’existe déjà au Zimbabwe en tout cas pour un centre commercial) mais du coup à l’échelle d’une ville : quelle place pour les habitants ? Ils deviennent des termites ?

Notes et références

[1] Domination d’un groupe culturel qui impose sa vision et ses pratiques culturelles à d’autres groupes.

[2] African National Congress, parti historique créé en 1912 dans le but de soutenir la population majoritaire noire contre la minorité blanche en Afrique du Sud, le parti appartient à l’organisation politique de l’internationale socialiste.

[3] La loi n° 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine a créé un nouveau critère de discrimination : celui lié au lieu de résidence du salarié.

[4] Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.

[5] Plan conçu par Ildefons Cerdà pour l’aménagement et l’extension de Barcelone.

[6] Janine Benyus née en 1958 est une scientifique américaine qui a travaillé sur la notion de biomimétisme.

[7] François Schuiten est un dessinateur et scénographe Belge, qui travaille sur la problématique urbaine et met en scène la vile dans ses bandes dessinée. Il est connu pour sa série fantastique conçue avec Benoit Peeters « les cités obscures ».

[8] « Paris 2050. Les cités fertiles face aux enjeux du XXIe siècle », par Vincent Callebaut, éd. Michel Lafon 2015

[9] Concept initié par Heidegger dans son ouvrage « Sein und Zeit » soit « être et temps » publié en 1927, repris par le philosophe Peter Sloterdijk dans son ouvrage « Règles pour le parc humain, Une lettre en réponse à la Lettre sur l’Humanisme de Heidegger » publiée en 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *